Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jardin des colonies

jardin des colonies, reverdy, venayre, flammarionLa 4e de couverture promet la découverte d'un "jardin méconnu" du côté de Nogent, entre la Porte Dorée et le Bois de Vincennes – une ancienne vitrine du sémillant Empire colonial français, aujourd'hui en ruines.
On nous annonce les aventures du fondateur de ce jardin – le mystérieux Jean Thadée Dybowski, aventurier et technocrate.

Mais bien sûr, ce livre est bien plus que tout ça. C'est surtout la plus limpide des réflexions sur notre époque de guerre qui ne dit pas son nom – ou qui le dit trop sans qu'on y croie vraiment, au choix.

On a tous eu l'envie, après 2015, d'écrire "quelque chose" sur ce qui venait de se passer, et sur ce qu'on voyait venir.
On en a tous eu envie, certains l'ont fait et pas toujours avec bonheur.
Bizarrement, les deux livres les plus convaincants que j'ai lus sur le sujet ont été écrits à deux : Prendre dates, d'abord, de Patrick Boucheron et Mathieu Riboulet (petit livre limpide sur le « nous » avant, pendant et après les événements) ; et ce Jardin des colonies, donc.

Le temps d'une déambulation dans le temps et les allées du jardin, le livre organise un ballet entre le passé et le présent (les colonies d'hier et la France d'aujourd'hui, en passant au large des raccourcis hâtifs), la mémoire et l'oubli, la peur et les illusions, la tolérance et ses abus (magnifiques pages sur le "respect" érigé comme valeur jusqu'à justifier la pire bêtise), et nos vérités qui se côtoient sans se parler.

Sur la forme, c'est un petit miracle : le livre écrit à quatre mains parlent d'une seule voix, les 200 pages aérées par le jardin et les détours par le roman d'aventure.
Sur le fond, le livre ne cesse de poser des questions sans forcément donner les réponses – deux auteurs ouverts au dialogue avec le lecteur tout en restant fermes sur leurs valeurs fondamentales.

J'aurais aimé écrire ce Jardin des colonies, je crois. Je suis heureux qu'il ait été écrit par ces deux auteurs-là : Thomas B. Reverdy, assurément l'un des romanciers contemporains les plus intéressants. et Sylvain Venayre, historien des "Origines de la France" qui s'amusait déjà, au temps de ce fameux et minable débat sur l'Identité nationale, à déconstruire l'exploitation qu'on pouvait faire de l'Histoire.
Un romancier et un historien. Comme Boucheron et Riboulet, tiens.

Si tu es historien et si tu veux écrire à quatre mains, fais-moi signe.

En attendant, je file voir ce Jardin – c'est à ça que ça sert, les bons livres, à sortir de chez soi. Salut.

Écrire un commentaire

Optionnel