Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'Amérique derrière moi

(L’Olivier is the new Minuit)

erwan desplanques, l'amérique derrière moi« Sartre était le philosophe que je lisais le plus à l’époque, peut-être parce qu’il célébrait un certain volontarisme et que j’avais encore l’âge où l’on méconnaît ses limites (…) J’entrepris cette année-là de lire ses "Carnets de la drôle de guerre" écrits en prison entre 1939 et 1940 et dont le premier chapitre - "Tribulations d’un stoïque" - correspondait au titre que j’avais peu ou prou prévu de donner à ma vie, surtout depuis qu’il me fallait partager les toilettes de l’étage avec des inconnus. »

Erwan Desplanques, toujours maître du minimalisme. C’est qu’il en faut, de la finesse, pour passer au large du pathos sur un tel sujet (un père mourant, un enfant à naître…). La finesse, et la distance, et l’humour, et l’honnêteté : l’art de se mettre à nu tout habillé.

Autant dire que pour la plage, c’est encore mieux qu’un roman-d’été©.

Erwan Desplanques, L’Amérique derrière moi, éd. de l’Olivier, 2019

Écrire un commentaire

Optionnel